CONCERT 04

24 avril, 20h15
TPR, La Chaux-de-Fonds

25 avril, 17h00
TPR, La Chaux-de-Fonds

Quand le piano résonne, les lumières s’affolent… Un concert-installation dans le cadre de la rétrospective Cod.Act avec l’oeuvre Pho:ton, associée à une composition originale signée François Cattin pour la contrebasse de Gian luzi Niederhauser, lauréat du Concours du Jura 2019.

_
Ar. Pärt (*1935)
Cantus in memoriam Benjamin Britten

Fr. Cattin (*1972)
PréLudes

Ar. Pärt
Wenn Bach Biene Gezüchtet hätte

Cod.Act
Pho:ton

Ar. Pärt
Silouans song

_

Gian Luzi Niederhauser, contrebasse
Victorien Vanoosten, piano et direction
Ensemble Symphonique Neuchâtel

Réserver

PROGRAMME

La salle de Beau-Site se présente sous un dispositif singulier pour un curieux face-à face: aux sièges gradinés du public fait face une scène haute de plusieurs étages surplombée de lumières. En création européenne, la machine Pho:ton est composée de quarante musiciens sous quarante projecteurs. En guise de directeur d’orchestre, un pianiste qui, par son jeu, déclenche une série d’événements lumineux qui stimulent à leur tour l’exécution d’un son par un ou plusieurs instrumentistes. Le résultat : une extraordinaire sculpture humaine en mouvements.
PréLudes travaille à partir des deux premiers livres du clavier bien tempéré. Le compositeur dialogue avec le temps et l’espace à disposition, diffusant le son dans des recoins improbables en prenant par surprise les attentes des spectateurs. La pièce gravite autour d’un instrument-racine, la contrebasse de Gian Luzi Niederhauser, récent lauréat du concours du Festival du Jura. Le tout est encadré par la musique d’Arvo Pärt.

En coproduction avec la rétrospective Cod.Act / Machines sonores dédiée aux frères Décosterd.

Biographies

Gian Luzi Niederhauser contrebasse
Né en 2003, Gian Luzi Niederhauser fréquente la filière sport et culture au gymnase de Biel Seeland. Dès l’âge de 7 ans il joue de la contrebasse et suit actuellement l’enseignement de Witold Moniewski. Il a engrangé entre autres le 1er prix avec distinction du Concours Suisse de Musique pour la Jeunesse, le prix spécial de la Fondation Suisa et le prix du concours Kiwanis. Il s’est produit en soliste avec l’orchestre du TOBS. Il aime étendre le répertoire de son instrument par des incursions dans le monde du jazz et du funk.

François Cattin compositeur
Né en 1972, il obtient un prix de virtuosité de trombone en 1997 avant de partir étudier à Berne. Tromboniste, il a l’occasion de jouer avec des orchestres de réputation internationale (les Talens Lyriques, le Freiburger Barock Orchestre). Ayant travaillé la composition notamment avec Eric Gaudibert, il est très marqué par les rencontres successives avec Georges Aperghis et Salvatore Sciarrino. Le travail de François Cattin interroge les limites du cadre dans laquelle la musique agit, il se plaît notamment à créer des performances qui récusent la scène et placent public et musiciens dans un espace commun, sans chef d’orchestre. Parmi les oeuvres caractéristiques de sa démarche, citons : la série Eclipse (2007-2019), des performances uniques pour des centaines de musiciens convergents en milieu urbain, Demain n’existe pas (2019) et Ecoute (2005), des performances de 24 heures sans interruption. Auteur de 5 opéras, il a en outre écrit le spectacle La dernière nuit du monde (2016) pour l’ESN. François Cattin dirige le choeur du Lycée Blaise-Cendrars de La Chaux-de-Fonds et enseigne la culture générale au Conservatoire de musique neuchâtelois. Il préside l’Association SoundCity/Machines sonores qui organise la rétrospective Cod.Act.

Cod.Act collectif & les frères Décosterd
Natifs du Locle, André et Michel Décosterd ont fondé le collectif Cod.Act en
1997. Musicien et compositeur, André s’est spécialisé en informatique musicale.
Son étude porte sur les systèmes de composition propres à la musique électroacoustique
et à la musique contemporaine, telle que la composition algorithmique.
Artiste plasticien, Michel a d’abord exploré le domaine de l’image, puis s’est
perfectionné en mécanique et en technologie des matériaux. Ses recherches se
concentrent sur la machine et sur l’étude du mouvement.
Reconnu à l’international, le travail de Cod.Act a été récompensé par de nombreux
prix et distinctions, dont le Grand Prix Suisse de la musique 2019.