CONCERT 05

12 juin, 20h00
Temple du Bas, Neuchâtel

Exploration de 3 facettes symphoniques, pour un programme bigarré.

_
S. Prokofiev (1891-1953)
Symphonie n° 1 en Ré majeur, op. 25 – Classique

A. Schönberg (1874-1951)
Symphonie de chambre n° 2, op. 38

F. Mendelssohn (1809-1847)
Symphonie n° 3 en la mineur, op. 56 – Ecossaise

_

Ensemble Symphonique Neuchâtel
Victorien Vanoosten, direction

Réserver

PROGRAMME

3 pulsations solitaires ont créé ces symphonies, reflet du passage de l’intime à l’audible.
«Cette symphonie m’échappe à mesure que je crois la tenir» disait Mendelssohn au sujet de l’opus 56. Serait-ce parce qu’il est impossible de brider ce cheval fougueux qu’est l’inspiration au point de l’enfermer ? Des quatre parties muées en mouvement perpétuel bercé des flots écossais et échos de cornemuses, se dessine la volonté d’échapper à la construction rigide, celle-là même qui participe cependant au précieux classico-romantisme du musicien.
À sa suite, la structure faussement classique que s’impose Prokofiev lui permet cet hommage aux maîtres que sont Haydn et Mozart. Par sa seconde symphonie de chambre, Schönberg ne cherche-t-il pas à se libérer de la rigidité des codes compositionnels qu’il a lui-même initiés ?
Tiraillées par leurs élans créateurs et les traces de l’histoire musicale qui s’imposent à elles, écoutez ces 3 pulsations exaltées qui feront battre les vôtres !